Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Settecento

S. Dumouchel, Le journal littéraire en France au dix-huitième siècle. Émergence d’une culture virtuelle

Katalin Bartha-Kovács
p. 357-358
Notizia bibliografica:

Suzanne Dumouchel, Le journal littéraire en France au dix-huitième siècle. Émergence d’une culture virtuelle, Oxford, Voltaire Foundation, 2016, «Oxford University Studies in the Enlightenment», 332 pp.

Testo integrale

1Le livre de Suzanne Dumouchel, chercheuse à l’Institut Historique Allemand, est consacré à une question de grande actualité de nos jours: à travers l’étude de la presse littéraire, il retrace le processus de l’apparition d’une culture virtuelle à l’ère des Lumières. C’est en se situant dans la perspective de la pragmatique littéraire que l’auteur entreprend l’examen des pratiques culturelles entre 1714 (la publication de la version française de The Spectator) et 1777 (la parution du premier quotidien français, le Journal de Paris). L’étude s’appuie sur l’analyse de cinq périodiques littéraires: le Mercure de France, le Journal des dames et trois autres, marqués par la personnalité puissante de leurs rédacteurs, Le Pour et contre de Prévost, Le Nouvelliste du Parnasse de Desfontaines et Granet, ainsi que L’Année littéraire de Fréron.

2Dans sa préface, Jean-Paul Sermain met en lumière les enjeux du livre et souligne le fait qu’au-delà de la diffusion des savoirs, la presse française du xviiie siècle contribue tout aussi bien au changement de la conscience des lecteurs. L’étude de Suzanne Dumouchel comprend une introduction, trois parties bien équilibrées dont chacune se compose de trois chapitres, une conclusion générale, deux annexes (les fiches sur les périodiques et une table des références), ainsi qu’une bibliographie et l’index. L’introduction insiste sur les différences entre les cinq journaux littéraires analysés qui se voient rangés dans trois grandes catégories. Le Nouvelliste du Parnasse et L’Année littéraire sont essentiellement consacrés à la critique des textes; la particularité du Pour et contre est qu’il est sous-tendu par une structure narrative, alors que le Mercure de France et le Journal des dames changent régulièrement de rédacteur principal et accueillent la voix des lecteurs.

3La première partie, qui traite des pratiques éditoriales et auctoriales, souligne qu’au xviiie siècle le journal propose un savoir structuré lié à l’actualité. Cependant, la structuration des périodiques doit correspondre à des contraintes qui découlent de la nécessité de la périodicité, du caractère éphémère de la feuille et de la garantie d’une information actuelle et réelle. Les formes textuelles utilisées dans les journaux montrent une grande diversité: à part les textes poétiques et en prose, on y trouve parfois aussi des partitions musicales ou des vignettes et gravures. La seconde partie est consacrée aux questions liées au journal en tant qu’atelier littéraire expérimental. Ce caractère d’atelier se manifeste, d’un côté, par le fait que le périodique initie le lecteur à l’activité critique et, de l’autre, par le métier de journaliste en train de s’inventer. Tout en recensant les différentes formes littéraires qui contribuent à la formation du genre journalistique, l’auteur du livre met l’accent sur le rôle grandissant des réactions du public lors de la réception des œuvres. Ce processus amène à l’évolution de la notion du goût qui devient, au siècle des Lumières, un instrument de critique.

4La troisième partie, enfin, s’intéresse à la transformation des lecteurs en public, en même temps qu’elle trace le processus au cours duquel le journal littéraire devient un objet culturel. Les périodiques ouvrent un espace de dialogue et de débats auxquels participent également les lecteurs. De cette manière, le journal littéraire représente une forme de sociabilité et concourt alors à la constitution d’un public, d’une «république des lettres». Si l’usage du vocabulaire deleuzien (rhizome, déterritorialisation etc.) semble quelque peu surprenant dans le contexte du xviiie siècle, Suzanne Dumouchel explique qu’il sert à éclairer les modifications culturelles et sociales entraînées par les périodiques. Ceux-ci créent en effet un monde virtuel, tout en reprenant les usages du monde réel qu’ils adaptent à l’espace médiatique.

5Par son questionnement, cette étude, qui témoigne d’une grande érudition, s’intègre à merveille dans les recherches actuelles portant sur la communication en général et plus spécifiquement sur les périodiques de l’Ancien Régime. La structure du livre est claire, mais on peut y relever une inclination un peu trop manifeste à la catégorisation. Dans son étude Suzanne Dumouchel offre un point de vue critique sur le rapport entre les journaux littéraires et les pratiques culturelles qui y sont attachées. Elle parvient à démontrer que les germes de la culture virtuelle émergent déjà au xviiie siècle, au sens où les périodiques créent un univers parallèle au monde réel, en même temps qu’ils contribuent au développement de la pratique critique des lecteurs.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Katalin Bartha-Kovács, « S. Dumouchel, Le journal littéraire en France au dix-huitième siècle. Émergence d’une culture virtuelle », Studi Francesi, 182 (LXI | II) | 2017, 357-358.

Notizia bibliografica digitale

Katalin Bartha-Kovács, « S. Dumouchel, Le journal littéraire en France au dix-huitième siècle. Émergence d’une culture virtuelle », Studi Francesi [Online], 182 (LXI | II) | 2017, online dal 01 agosto 2017, consultato il 17 novembre 2017. URL : http://studifrancesi.revues.org/9948

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • Revues.org