Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento b) dal 1850 al 1900

Ross Chambers, An Atmospherics of the City. Baudelaire and the Poetics of Noise

Andrea Schellino
p. 551-552
Notizia bibliografica:

Ross Chambers, An Atmospherics of the City. Baudelaire and the Poetics of Noise, New York, Fordham University Press, coll. «Verbal Arts. Studies in Poetics», 2015, 187 pp. 

Testo integrale

1Le nouveau livre de Ross Chambers sur Baudelaire recueille une série de conférences prononcées à Berkeley sur la notion de surnaturalisme. Le critique d’origine australienne souhaite montrer l’évolution, dans l’œuvre de Baudelaire, d’une esthétique idéaliste (et de l’idéal) vers une pensée de l’ironie, qui met en discussion les ambitions transcendantes de la littérature. C’est par le truchement d’un célèbre aphorisme de Fusées, associant «surnaturalisme et ironie», que Chambers isole cette transition.

2D’un point de vue esthétique, l’A. utilise quelques catégories marxiennes, dont celle de fétiche. De même que les écrivains romantiques de son temps, Baudelaire aurait d’abord investi d’une aura rédemptrice l’existence urbaine, foncièrement pauvre, banale, laide. Son engagement artistique consisterait alors dans une reconstruction harmonieuse du réel par la poésie; d’où ce que Chambers appelle l’esthétique fétichiste du romantisme.

3Tributaire des postulats de celle que Claude Pichois avait défini, en 1981, la «sociocritique ouest-allemande», Chambers exalte le choc provoqué sur Baudelaire par l’échec des mouvements révolutionnaires de février et de juin 1848. Cet événement serait à l’origine de son repliement poétique et de son abandon des illusions de l’art: Baudelaire aurait dès lors embrassé un «surnaturalisme of noise» (p. 20), face au Mal métaphysique et au Mal de l’histoire. Ce projet – plutôt de «disalienation» que de «disillusionment» (p. 54) – aurait émergé à partir de 1855. Pourtant c’est surtout dans la section des Tableaux parisiens, ajoutée dans l’édition de février 1861 des Fleurs du Mal, et dans les poèmes en prose que Chambers repère ce tournant poétique. Devant l’entropie de l’histoire, Baudelaire adopterait la pratique de l’allégorie, véritable «figure de pensée» (p. 21, italique de l’A.) alliée à l’ironie. L’A. reprend la definition que Walter Benjamin en a donnée: «Allegories are, in the realm of thought, what ruins are in the realm of things» (p. 62). Chambers propose de nuancer la perspective du poète lui-même, enclin à assimiler l’ironie (et la prose poétique) au spleen, la poésie versifiée et l’allégorie à l’idéal.

4C’est autour du concept d’atmospherics – enveloppe de la modernité urbaine – que Chambers décline ses réflexions sur la poétique de l’ennui chez Baudelaire. L’abandon d’une esthétique idéalisatrice serait signalé par la disparition de quelques métaphores, comme le soleil, au profit d’autres, tel que la statue. Mais, à niveau rhétorique, la prééminence de la métaphore est elle-même mise en crise, car Baudelaire lui préfèrerait de plus en plus le chiasme et l’allégorie. L’atmosphère de l’ennui repose également sur la réévaluation des catégories qui illustrent le temps et l’histoire: «distance, difference, extension» (p. 54). Des figures poétiques députées à idéaliser le réel deviennent des agents du désenchantement, qui rappellent la présence inéluctable du Mal dans l’histoire. Or le spleen et la mélancolie, qu’autrefois Chambers avait décrits comme une forme d’opposition, caractérisent chez Baudelaire la conscience dans le Mal.

5Tandis que, dans les Tableaux parisiens, Baudelaire se servirait des ressources de la mimesis, dans Le Spleen de Paris il plierait l’ironie au paradoxe d’une illisibilité qui désaliène, une «textual irony placing the reader in a position of unbearable thirst strikingly comparable with the suffering of the swan, since it is a thirst for there to be, discoverable within the text, a site of authoritative and reliable meaning that proves to be cruelly lacking» (p. 128). Les poèmes en prose, projet inabouti et suspendu, chantier et work in progress, se liraient pour Chambers comme un urban diary (p. 143) ou un bricolage de la vie moderne et citadine (p. 145), visant le désordre inhérent à la modernité. Ce serait donc la forme poétique qui correspondrait à la «forme d’une ville», Paris.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Andrea Schellino, « Ross Chambers, An Atmospherics of the City. Baudelaire and the Poetics of Noise », Studi Francesi, 180 (LX | III) | 2016, 551-552.

Notizia bibliografica digitale

Andrea Schellino, « Ross Chambers, An Atmospherics of the City. Baudelaire and the Poetics of Noise », Studi Francesi [Online], 180 (LX | III) | 2016, online dal 01 gennaio 2017, consultato il 27 aprile 2017. URL : http://studifrancesi.revues.org/5397

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • Revues.org