Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. V, septembre 1844-1845

Lise Sabourin
p. 168-169
Notizia bibliografica:

Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. V, septembre 1844-1845, textes établis présentés et annotés par Patrick Berthier, avec la collaboration de Claudine Lacoste-Veysseyre, Paris, Honoré Champion, 2014, 903 pp.

Testo integrale

1Patrick Berthier, aidé de Claudine Lacoste-Veysseyre, continue son édition, avec ce tome V, des feuilletons dramatiques de Gautier dans «La Presse» de 1844-1845. Il a préféré s’en tenir à ce dernier millésime vu la longueur des articles, croissante en ces «rez-de-chaussée» parfois multiples en un même numéro. De plus, il a ajouté, comme pour les volumes précédents, deux livraisons des Beautés de l’Opéra, parues en septembre et novembre 1844, consacrées aux Huguenots et à la Norma, longuement étudiés en une vingtaine de pages chacune (pp. 773-792 et 793-806, celle-ci étant aussi analysée lors de sa représentation au bénéfice de Giulia Grisi).

2Si Gautier rend surtout compte des quatre grandes salles officielles, il ne néglige pas les théâtres des boulevards jouant drames et vaudevilles (tels La Dame de Saint-Tropez, drame en cinq actes d’Anicet-Bourgeois et Dennery, joué par Frédérick Lemaître à la Porte Saint-Martin, le drame Les Étudiants de Soulié à l’Ambigu-Comique, le vaudeville Rebecca de Scribe au Gymnase, La Ciguë d’Augier dont il aime la gracieuse versification et la veine comique, la «petite bluette […] à idée assez profonde» du charmant vaudeville des Deux papas très bien de Lefranc et Labiche, et même la folie de carnaval sur Le Bœuf gras au Palais-Royal). En revanche, il oublie les Funambules et les Folies-Dramatiques au profit du Cirque-Olympique (que ce soit pour ses attrayants chevaux et lutteurs, où il voit «le reste des colossales fêtes de l’Antiquité» (p. 70), ses danseuses moresques ou ses éléphants dans la pagode) et du Cirque de l’Hippodrome, récemment ouvert (pp. 558-562 et pp. 640-641).

3Si Schiller n’est pas totalement absent des scènes parisiennes (avec Wallenstein imité par Villemare à l’Odéon), ces seize mois théâtraux marquent la forte présence de Shakespeare, avec la venue en France de Macready et Helen Faucit jouant Othello, Hamlet, Macbeth, Henri IV, Roméo et Juliette salle Ventadour, ainsi que par la reprise du Roméo et Juliette de Frédéric Soulié au Théâtre-Français. Gautier prend parti pour une vraie traduction plutôt que pour les imitations à la mode (comme Le Roi Lear imité par Élie Sauvage et Frédéric Duhomme) qui édulcorent le génie du dramaturge, cet «Eschyle qui n’est pas un sauvage ivre comme le prétend Voltaire» (p. 209), que les Français sont enfin capables d’apprécier en anglais. Il oppose aussi l’Otello de Rossini mis en scène platement aux illustrations puissantes de Chassériau. Il apprécie également les œuvres nouvelles sur l’histoire britannique (l’opéra Marie Stuart de Niedermeyer sur livret de Théodore Anne, le drame en cinq actes Lady Seymour de Duveyrier à la Porte Saint-Martin). Les comédies espagnoles du Siècle d’or tiennent leur place (Le Tisserand de Ségovie d’Alarcón, traduit par Hippolyte Lucas, et Inez ou la Chute d’un ministre imité de Navarrete par Carlos da Algarva).

4Quant aux anciens, Gautier déplore la reprise de l’Oreste de Voltaire à la Comédie-Française au lieu de jouer une des tragédies antiques (comme on l’a fait pour Antigone de Sophocle à l’Odéon, dans la traduction de Meurice et Vacquerie). Il est heureux de voir Les Nuées d’Aristophane, traduites par Hippolyte Lucas, et L’Eunuque de Térence par Michel Carré.

5Il assiste aussi, outre la résurrection du Véritable Saint-Genest de Rotrou à l’Odéon, à la reprise de Christine à Fontainebleau quinze ans après, mais toujours avec Mlle George, et à celle d’Hernani au Théâtre-Français. Il rend compte bien sûr des pièces nouvelles (telles Un Homme de bien d’Émile Augier et Guerrero de Legouvé fils au Théâtre-Français). Mais, comme toujours, il privilégie la musique, et notamment l’opéra, que ce soit à l’Académie Royale de Musique (Richard en Palestine d’Adolphe Adam, sur un livret de Paul Foucher d’après Scott, et L’Étoile de Séville de Balfe, sur paroles d’Hippolyte Lucas), au Théâtre-Italien (Le Pirate et Les Puritains de Bellini, Nabucco de Verdi) ou à l’Opéra-Comique (La Barcarolle d’Auber sur livret de Scribe). Il célèbre les danseurs Mario et Giulia Grisi, commente les débuts de Lola Montès dans La Dansomanie, écoute la pianiste Marie Pleyel au Théâtre-Italien et le compositeur Félicien David (pour son ode-symphonie Le Désert ou ses concerts). Mais il n’oublie pas d’accorder quelques digressions à ses amis lithographes Gavarni (pp. 493-500) et Tony Johannot (pp. 523-531), ainsi qu’à Arsène Houssaye poète (pp. 446-447).

6Outre les index des noms de personnes, des titres d’œuvres scéniques, des titres de périodiques, des titres d’autres œuvres et les indications bibliographiques, cette édition est munie de deux répertoires des noms et des titres les plus souvent cités qui évitent des répétitions ou des renvois entre notes et fournissent de brèves récapitulations très commodes.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. V, septembre 1844-1845 », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 168-169.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « Théophile Gautier, Critique théâtrale, t. V, septembre 1844-1845 », Studi Francesi [Online], 181 (LXI | I) | 2017, online dal 01 aprile 2017, consultato il 20 settembre 2017. URL : http://studifrancesi.revues.org/6895

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • Revues.org