Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Ottocento a) dal 1800 al 1850

George Sand, OEuvres complètes, 1841-1842

Lise Sabourin
p. 165
Notizia bibliografica:

George Sand, Œuvres complètes sous la direction de Béatrice Didier, 1841-1842, Un Hiver à Majorque, édition critique par Angela Ryan, et Horace, édition critique par Jeanne Brunereau, Paris, Honoré Champion, 2013, 748 pp.

Testo integrale

1Ce volume des Œuvres complètes, avec bibliographie, index nominum et locorum, réunit deux œuvres de 1841-1842, unies par leurs idées progressistes: Un Hiver à Majorque et Horace, la première déjà souvent publiée, la seconde connue surtout des spécialistes sandiens.

2La tâche n’était pas facile pour Angela Ryan d’annoter et préfacer Un Hiver à Majorque après les éditions de Georges Lubin et Béatrice Didier à qui elle rend grâce dans sa présentation (pp. 11-41). Elle analyse bien l’inspiration créatrice qu’a donnée ce séjour difficile de 1838-39 à George Sand. La maladie de Chopin a réduit la découverte des paysages de l’île, cet «Eldorado de la peinture», qui lui apparaît comme une «Helvétie sous le ciel de la Calabre avec la solennité et le silence de l’Orient» (p. 53), à quelques promenades, mais l’écart entre le moment de délices attendu et la découverte des mentalités locales peu amènes a stimulé sa capacité d’observation pragmatique, en héritière des sensualistes. Après ses Lettres d’un voyageur, Sand rédige ce journal épistolaire d’abord à bâtons rompus, puis le met en forme et atténue un peu ses critiques envers les Majorquins (qui pourtant réagirent vivement, voir la réception pp. 255-263), quand elle décide de le faire paraître en trois livraisons à la «Revue des deux mondes», les 15 mars, 15 avril et 15 mai 1841. Elle veut à la fois instruire et plaire, mais aussi trouver une issue salvatrice aux désagréments du quotidien qui lui permette de trouver sa vérité sur soi sans parler directement d’elle-même. Elle poursuit sur fond de voyage son projet de philosophie historique, plein d’espérance de progrès comme dans Consuelo et La Comtesse de Rudolstadt.

3Jeanne Brunereau (présentation, pp. 279-309) s’attaque à un roman plus méconnu du grand public, Horace. Outre le fait qu’il causa la rupture de Sand avec la «Revue des deux mondes», puisque, face aux retouches demandées, elle le confia finalement en 1841-42 à la «Revue de Paris» qu’elle avait fondée avec Leroux et Viardot, il a été écrit, en continuité avec Le Compagnon du Tour de France. Ce roman de l’étudiant, composé d’après ses souvenirs des années 1830, met en scène la vie de ces «écrivains et artistes prolétaires» qui lui semblent devoir trouver leur place dans la société nouvelle à laquelle elle aspire. Sur toile de fond du choléra et des émeutes de 1832, Théophile, le futur médecin, déjà dévoué à sa tâche, mais médiateur lucide et distant, auprès de sa douce et laborieuse Eugénie, équilibre la tension entre Arsène, l’artiste qui s’est fait ouvrier exemplaire par abnégation, et Horace, apprenti avocat paresseux, raisonneur à l’esprit rapide, mais dandy arrogant au cœur sec, autour de Marthe, victime programmée par la misère qui y échappera par la sublimation artistique. Outre la vision de l’union libre, autre solution par rapport aux rigidités du mariage contemporain, qui a fait couler beaucoup d’encre sur ce roman, le personnage-titre, peu sympathique, intrigue par sa dualité interne: égoïste velléitaire, il est éloquent dans la comédie des passions qu’il se joue à lui-même, tout en utilisant sa rhétorique pour tenter de dominer les autres. On sent l’optimisme foncier de Sand dans son intérêt envers lui: elle ne peut s’empêcher d’espérer sa rédemption, tout en présentant ses amis, qui sont souvent ses victimes, comme meilleurs et utiles socialement, conformément aux idées saint-simoniennes dont elle garde le pieux souvenir. Les articles de la réception contemporaine (fournis pp. 683-728) n’ont pas manqué de débattre de cette dimension sociale et politique qui a fait rééditer le roman assez souvent du vivant de l’auteur (De Potter 1842, Perrotin 1844, Hetzel 1853, Michel Lévy 1857, dont, outre le manuscrit et la parution pré-originale en périodique, Jeanne Brunereau confronte les variantes à celle de 1869 prise pour base).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Lise Sabourin, « George Sand, OEuvres complètes, 1841-1842 », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 165.

Notizia bibliografica digitale

Lise Sabourin, « George Sand, OEuvres complètes, 1841-1842 », Studi Francesi [Online], 181 (LXI | I) | 2017, online dal 01 aprile 2017, consultato il 22 settembre 2017. URL : http://studifrancesi.revues.org/6885

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • Revues.org