Navigazione – Mappa del sito
Rassegna bibliografica
Medioevo

I. Fabry-Tehranchi, Textes et images des manuscrits du Merlin et de la Suite Vulgate (XIII-XV siècle)

Maria Colombo Timelli
p. 127-128
Notizia bibliografica:

Irène Fabry-Tehranchi, Textes et images des manuscrits du “Merlin” et de la “Suite Vulgate” (xiiie-xve siècle), Turnhout, Brepols, 2014, «Texte, Codex, Contexte» 18, pp. 568 + 8 planches en couleur.

Testo integrale

1Ce gros volume a pour objet le corpus des trente-six manuscrits qui transmettent à la fois le Merlin et la Suite Vulgate; copiés entre la première partie du xiiie et la fin du xve siècle, surtout dans la France du Nord et à Paris, ils méritent d’être étudiés tant sur le plan de leur contenu (ce qu’il est convenu d’appeler les critères de la «mise en recueil») que pour leur iconographie (et donc les relations entre texte et image). Le parcours que propose Irène Fabry-Tehranchi s’articule en trois étapes.

2La première partie (Mise en page et illustration, l’articulation du “Merlin” et de la “Suite Vulgate” dans leur contexte manuscrit, pp. 25-225) se concentre sur la mise en page et l’illustration frontispice du Merlin et des textes qui l’accompagnent dans les différents manuscrits. Lorsque le Merlin s’inscrit dans une compilation plus vaste (romans du cycle du Graal selon des compositions variées), l’iconographie révèle une sorte de hiérarchie entre les textes; pour ce qui concerne Merlin en particulier, ses différentes représentations peuvent mettre l’accent sur ses origines diaboliques ou sur son enfance prodigieuse, en fonction des différentes lectures auxquelles le personnage peut donner lieu. Les illustrations qui inaugurent la Suite Vulgate – qui n’est jamais présentée comme un texte autonome et sert plutôt de raccord entre le Merlin et le Lancelot – peuvent quant à elles concerner des épisodes centrés sur le roi Arthur et son accession au trône. L’iconographie joue par conséquent un rôle essentiel, en contribuant à l’interprétation de chaque texte et de l’ensemble.

3L’insertion du Merlin et de la Suite Vulgate (versions alpha et béta) dans des ensembles cycliques impose la prise en compte de ceux-ci et la question de l’organisation interne des textes: c’est pourquoi la deuxième partie s’attache aux variations textuelles et paratextuelles (notamment, les rubriques, à savoir les quelques mots qui accompagnent les images, et les tituli, c’est-à-dire les titres de chapitre). Si les rubriques se rapprochent des miniatures et se comprennent dans ce rapport extra-textuel, les tituli, dont la longueur et l’articulation peuvent varier considérablement d’un manuscrit à l’autre, offrent en revanche une anticipation du contenu et en orientent l’interprétation. L’analyse d’Irène Fabri-Tehranchi, parfois très détaillée, permet de reconnaître des lignes communes, ainsi que l’originalité de certaines copies, tant pour ce qui touche à l’organisation de l’ensemble, que pour la hiérarchie interne des textes, et encore pour l’isolement éventuel de certains fragments textuels (Variations textuelles et paratextuelles, les mouvances de la tradition manuscrite du “Merlin” et de sa suite, pp. 227-331).

4La troisième partie (Mise en texte et mise en images de l’“Estoire de Merlin”, pp. 333-483) est consacrée à l’élaboration d’une biographie de Merlin à travers l’iconographie: personnage aux connotations multiples, ses représentations dans les manuscrits reflètent ses transformations successives, ses déguisements, ses métamorphoses. D’autre part, le Merlin prophète et conseiller des rois bretons, guide spirituel et chef militaire, est aussi l’objet de certaines illustrations, sans oublier ses rapports avec les femmes, avec Viviane en particulier, qui marquent une évolution romanesque et courtoise dans la lecture tant du Merlin que de sa Suite.

5Illustrée par plus de 250 images en noir et blanc, auxquelles s’ajoutent huit planches en couleur, l’analyse menée par Irène Fabri-Tehranchi a le mérite principal d’étayer une approche centrée sur l’iconographie par une attention soutenue au texte et à sa transmission dans les manuscrits; elle prend en compte au même titre les copies les plus richement enluminées et celles qu’illustre un petit nombre d’enluminures, parfois stéréotypées, selon le principe que même les manuscrits non illustrés nous informent sur la réception et la lecture d’une œuvre médiévale.

6Les Annexes offrent des matériaux complémentaires importants: une présentation synthétique de la Postérité du “Merlin”, sa diffusion européenne et ses versions imprimées (pp. 485-494), un tableau des manuscrits étudiés (pp. 495-503), un schéma sur la Transition entre le “Merlin” et ses suites (pp. 505-514), l’Index des anciens possesseurs des manuscrits (pp. 515-520), une Bibliographie imposante, qui sépare les Textes sources et les Etudes critiques, l’Index des manuscrits (pp. 567-568).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maria Colombo Timelli, « I. Fabry-Tehranchi, Textes et images des manuscrits du Merlin et de la Suite Vulgate (XIII-XV siècle) », Studi Francesi, 181 (LXI | I) | 2017, 127-128.

Notizia bibliografica digitale

Maria Colombo Timelli, « I. Fabry-Tehranchi, Textes et images des manuscrits du Merlin et de la Suite Vulgate (XIII-XV siècle) », Studi Francesi [Online], 181 (LXI | I) | 2017, online dal 01 aprile 2017, consultato il 17 novembre 2017. URL : http://studifrancesi.revues.org/6755

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • Revues.org