Navigazione – Mappa del sito
Testi inediti e documenti rari

Une nouvelle «nouvelle» apocryphe de la première traduction française du “Decameron”. L’imprimé Paris, Vérard, 1485 et la nouvelle d’Olivier Maillart (VIII, §6)

Olivier Delsaux
p. 501-509

Abstract

Edition of an apocryph short story inserted by the French publisher Antoine Vérard in his edition of Laurent de Premierfait’s translation of Boccaccio’s Decameron (Paris, 1485) and that is substitued to the authentic sixth novel of the eighth Day. This short story stages the popular theme of a woman deceived by a lover who gives her an object of value in order to sleep with her and who manages to get back his gift by accusing her of keeping it as a pledge.

Torna su

Testo integrale

  • 1 «La première traduction française du Decameron: le ms. Paris, BN fr. 239 et la nouvelle de Iancofio (...)
  • 2 E. Golenistcheff-Koutouzoff, L’Histoire de Griselidis en France au xive et xve siècle, Paris, Champ (...)
  • 3 Sur la version imprimée par A. Vérard, J. Macfarlane, Antoine Vérard, libraire parisien, Londres, B (...)
  • 4 Paris, A. Franck, 1869 (Bibliothèque elzévirienne) [édition partielle], nouvelle §36 (D’une fille q (...)

1Dans un article paru en 1999, G. Di Stefano mettait en perspective les différentes nouvelles de la première traduction française du Decameron (1414) qui, au cours de la transmission du texte aux xve et xvie siècles, se sont substituées à celles traduites au départ par Laurent de Premierfait1. De fait, pour la nouvelle X, §10 (Griselde), onze des quatorze manuscrits du texte français ont remplacé la traduction de la version italienne de Boccace telle qu’elle apparaît dans le seul manuscrit original du texte français conservé (Vatican, BAV, pal. lat. 1989), par l’une ou l’autre des traductions françaises de la traduction latine de Pétrarque, éditées en 1933 par E. Golenistcheff2. De même, le manuscrit Paris, BnF, fr. 239 du premier Decameron français présente une traduction originale de la nouvelle VIII, §10, indépendante de celle de Laurent de Premierfait; G. Di Stefano édita cette nouvelle, inconnue de la critique, en appendice à son article de 1999. Enfin, le manuscrit Paris, BnF, fr. 240 et tous les imprimés de la première traduction du Decameron – qui, à quelques modifications micro-structurelles près, reproduisent l’édition princeps d’Antoine Vérard (Paris, 1485)3 – ont substitué une nouvelle apocryphe à la nouvelle VIII, §10 de Boccace traduite par Laurent. Celle-ci sera reprise par Nicolas de Troyes dans son Grand Parangon des Nouvelles nouvelles (1535-1536) et sera, à ce titre, éditée en 1869 par E. Mabille4; elle figurera également dans les Joyeuses narrations (Lyon, Benoist Rigaud et Jean Saugrain, 1557).

  • 5 H. Hauvette, De Laurentio de Primofato, Paris, Hachette, 1903, p. 96.
  • 6 Voici le résumé proposé par le traducteur français: Deux Florentins peintres nommez Brunet et Fufal (...)
  • 7 La dernière édition du Decameron traduit par Laurent de Premierfait est datée de 1541: chez Oudin P (...)

2Cependant, jusqu’ici, à part une brève mention d’H. Hauvette en 19035, aucune étude sur le Decameron français, y compris la mise au point de G. Di Stefano citée, n’a remarqué que les imprimés du texte ont substitué une autre nouvelle apocryphe à une nouvelle authentique du Boccace de Laurent de Premierfait. Il s’agit de la nouvelle VIII, §6 du Decameron6. Pourtant, cette substitution n’est pas anodine. Jusqu’à la publication de la nouvelle traduction d’Antoine Le Maçon (initiée en 1531 et parue en 1545 chez Etienne Roffet), les lecteurs du Decameron français, en particulier les rédacteurs de recueils de nouvelles qui s’en inspirèrent, n’eurent pas accès à la nouvelle VIII, §6 de Boccace7. Cette courte notice entend rendre ce texte accessible.

  • 8 Paris, BnF, fr. 1510, ff. cccxxv v° - cccxxvii v° (La viixx viiiC nouvelle de par maistre Guillaume (...)
  • 9 Éd. E. Mabille, Paris, A. Franck, 1869 (Bibliothèque elzévirienne); éd. Kr. Kasprzyk, Paris, Didier (...)
  • 10 Dans son édition des Cent nouvelles de Philippe de Vigneulles, Ch. Livingston mentionne également q (...)

3L’«oubli» et le caractère inédit de cette nouvelle apocryphe sont d’autant plus étonnants qu’elle fut reprise par Nicolas de Troyes dans son Grand Parangon des Nouvelles nouvelles: La viixx viiCnouvelle de par maistre Guillaume de la Bouge. Est d’un gentil homme qui donna pour cinquante escus de velours a une barbiere pour faire son plaisir d’elle et come son serviteur trouva façon de le ravoir8. Cependant, elle a échappé aux deux éditions partielles de ce recueil9. E. Mabille signale dans l’introduction de son édition que cette nouvelle est «imitée» de la nouvelle VIII, §2 (p. xli); K. Kasprzyk l’identifie correctement avec la nouvelle VIII, §6 de l’impression Vérard du Decameron et la signale comme apocryphe (p. 360)10.

  • 11 Le principe de parcimonie et les exemples avérés de remaniements textuels et d’ajouts péritextuels (...)
  • 12 F. clxviii r° et clxx v°. Sur les moralisations ajoutées par Vérard, P. Salwa, «L’art de vivre et l (...)
  • 13 S. Thompson, Motif-Index of Folk-Literature, Bloomington, Indiana UP, 1955-1958, n. K1581.3.
  • 14 G. Di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres, 1991, s.v. «rasoir».
  • 15 R.M. Bidler, Dictionnaire érotique. Ancien français, moyen français, Renaissance, Montréal, Ceres, (...)
  • 16 Sur cette question, voir les articles cités dans la note 3.

4Dans le cadre énonciatif, Vérard11 laisse transparaître qu’il s’agit d’un ajout qui n’offre qu’une variation sur les nouvelles du début de la Journée (j’ay estudié et aprins une nouvelle consonante aux premieres imposees sur ceste journee, col. clxxix c-d); la moralisation, ajoutée dans l’imprimé Vérard à la fin de toutes les nouvelles, dénonce d’ailleurs les mêmes vices d’avarice et de convoitise dénoncés dans la nouvelle VIII, §1 et, plus particulièrement, dans la nouvelle viii, §212. De fait, cette nouvelle reprend un thème populaire13, que l’on trouve dans les nouvelles viii, §1 et viii, §2, celui de la dame trompée par un amant qui lui offre un objet de valeur afin de pouvoir coucher avec elle et qui parvient à reprendre possession de ce bien en l’accusant, auprès de son mari, d’avoir gardé ce bien en gage; dans la nouvelle apocryphe, il s’agit de quatre a cincq aunes de draps de veloux (dans la viii, §2, il s’agissait d’un mantel de drap bleu). La transposition du motif à la femme d’un barbier pourrait être une manière d’illustrer les locutions (de)mener le rasoir ‘plumer, tromper’ ou faire la barbe à qqn ‘tenir tête, narguer’14, sans que l’on ne puisse exclure un jeu sur barbe ‘pubis’ (cf. faire sa barbe sus elle dans le texte, l. 45)15 – la nouvelle VIII, §2 convoquant aussi ce type d’images grivoises, en particulier celle du mortier et du moulin a moudre. Il n’est peut-être pas non plus innocent que la tromperie mise en scène concerne des draps; la première édition datable de Pathelin est imprimée la même année que le Decameron de Vérard (Lyon, Guillaume Le Roy, 1485). La rédaction de cette nouvelle s’inscrirait dans une certaine tendance de Vérard, observable ailleurs dans son impression du Decameron français, à modifier le texte pour davantage l’inscrire dans la tradition des textes comiques, farcesques et facétieux, et qui justifie d’ailleurs sans doute son choix d’imprimer, un an après les Cent nouvelles boccaciennes, les Cent Nouvelles nouvelles bourguignonnes (24 décembre 1486)16; le résumé donné dans la table des matières va également dans ce sens.

 

  • 17 A. de La Borderie, Œuvres françaises d’Olivier Maillard, sermons et poésies, Nantes, Société des bi (...)

5L’on notera aussi que Vérard italianise la nouvelle en la plaçant à Florence et en mettant un scène un gentil homme habitant près du baptistère de San Giovanni. Cependant, le personnage du mari infidèle et au départ berné par la barbière n’a quant à lui rien d’italien puisqu’il est nommé Olivier Maillart. Or, coïncidence ou discrète plaisanterie de Vérard: Olivier Maillard était l’un des grands auteurs de sermons et de textes spirituels de l’époque, dont la vie fut un combat acharné contre les mauvaises mœurs et dont les sermons ont été très tôt imprimés, notamment par Vérard (en 1499)17.

 

  • 18 L’on notera que la précision En deux nouvelles, scestassavoir en la lxxiiie et lxxvie, comptees sur (...)
  • 19 L. Rossi, «Entre fabliau et facétie: la nouvelle en France au xve siècle», dans La nouvelle de lang (...)
  • 20 La lacune pourrait avoir une origine humaine. Un lecteur aurait été à ce point choqué ou intéressé (...)

6Restent à comprendre les raisons de cette substitution. La nouvelle remplacée est la deuxième des quatre nouvelles du Decameron consacrées au peintre Calandrin (VIII, §3; VIII, §6; IX, §3; IX, §5). À première vue, la substitution pourrait s’expliquer par un souci stylistique de variété ou un souci philologique d’authenticité face à une nouvelle qui reprend des personnages déjà mis en scène trois nouvelles auparavant et qui, vu qu’il s’agit du seul cas de redondance dans le Decameron, a pu être perçu, à ce stade de la reproduction du texte (avant la lecture/copie des nouvelles IX, §3 et IX, §518), comme une interpolation, à corriger. Le responsable de la substitution a également pu considérer que la nouvelle ne répondait pas au thème de la Journée, consacrée aux femmes trompées par des hommes (d’où l’insistance de l’énonciateur-narrateur sur cette question chez Vérard). En effet, la nouvelle se limite à mettre en scène un Calandrin berné par Bruno et Buffalmacco; sa femme n’a qu’un rôle secondaire dans le récit. Dans l’hypothèse d’une substitution volontaire, l’on confirmerait alors la fonction de «machine à raconter» que fut le Decameron italien et français: des acteurs de la transmission du texte auraient modifié et remplacé certaines nouvelles (dans ce cas-ci en s’appuyant sur les nouvelles VIII, §1 et VIII, §2)19. Cependant, plus probablement, il pourrait s’agir d’une intervention destinée à remédier à un accident dans la transmission du texte: une lacune matérielle20 – argument avancé par G. Di Stefano pour rendre compte de la substitution des nouvelles de Griselde et VIII, §10.

Torna su

Allegato

Glossaire sélectif

Le but de la liste qui suit est d’offrir une aide à la compréhension du texte; elle comprend une sélection des mots disparus ou dont le sens a évolué, en particulier ceux qui pourraient prêter à confusion pour un lecteur moderne. Nous citons les substantifs et les adjectifs sous la forme du singulier (masculin pour les adj.); les verbes, sous la forme de l’infinitif (les formes verbales reconstruites sont entre crochets).

[estre] acoustumé de (v.): avoir l’habitude de (10).

[apparoir] (v. impers.): apparaître, être visible (107).

aune (s.f.): unité de mesure pour la longueur des draps (48).

avant (adv.): aller en a.: durer, se poursuivre (20).

[bailler] qqch (v.): donner, offrir (82), rendre (100, 103).

[baiser] qqn (v.): embrasser (54).

besongner (v. intr.): travailler, être occupé (25).

bien (s.m.): en b. et honneur: en tout bien tout honneur (29).

bien venue (s.f.): bon accueil que l’on reçoit, que l’on attend ou cadeau que l’on offre après un voyage (49).

blanc (s.m.): grant b.: pièce de monnaye (88, 97).

brief (adv.): rapidement, immédiatement (33).

chambre (s.f.): pièce d’une maison (93).

champs (s.m.): aux c.: à la campagne [par opp. à la ville] (24).

[cheoir] (v. intr.): tomber, chuter (107).

chiere (s.f.): [faire] bonne c.: faire bon accueil (50); [faire] mauvaise c.: être affligé, faire triste mine (74).

competent (adj.): approprié (69).

[compter] qqch (v.): raconter (103, 105).

se consentir (v. intr.): donner son accord, acquiescer, approuver (32).

consonant a (adj.): qui est en accord avec (3).

[converser] avecques qqn (v.): fréquenter qqn (11).

courcé (adj.): fâché, irrité (73).

coustume (s.f.): avoir de c.: avoir l’habitude, faire habituellement (24).

couvoiteux de + inf. (adj.): désireux de (62).

decepvance (s.f.): tromperie (1).

[decevoir] qqn (v.): tromper, abuser qqn (107).

deduyt (s.m.): plaisir qui vient d’un divertissement (26), plaisir qui vient de l’activité sexuelle (69).

de rechief (adv.): de surcroît (77).

[deshonnourer] qqn (v.): compromettre l’honneur de qqn (65).

desplaisance (s.f.): mécontentement ou chagrin (45).

dolent (adj.): triste, affligé (44).

dommaige (s.m.): préjudice, tort (110).

duyt a (adj.): habile à (13).

[enbraser] qqn (v.): enflammer [figuré] (15, 20).

[encommencer] de + inf. (v.): commencer à (1).

ennuy (s.m.): tourment, tristesse (80).

envieux de (adj.): désireux de (62).

[envoyer] qqch a qqn (v.): adresser, faire parvenir qqch à qqn (94).

esbahy (adj.): étonné, surpris (37, 92).

espouser de qqch (maladie) (v.): guérir (99).

estudie (s.f.): [mettre] son estudie a: s’appliquer à (26).

ferme: cf. fort.

fievre (s.f.): f. quartaine: fièvre intermittente qui revient tous les quatre jours [imprécation courante] (99).

finesse (s.f.): ruse, mauvais tour (105).

fort (adj.): fort et ferme: énergiquement, vivement (100).

fort (adv.): avec force, avec détermination (81).

fortune (s.f.): male f.: mauvais sort, hasard malheureux (82).

honneste (adj.): élégant, beau (10).

honnestement (adv.): en conformité avec la morale, les bonnes mœurs (38).

honneur (s.): cf. bien.

hurter (v. intr.): frapper (à une porte) (90).

huys: cf. uys.

imposer qqch (v.): attribuer (2), soumettre, proposer (2, 3).

incontinent (adv.): aussitôt (55).

logeis (s.m.): habitation (73).

mais (adv.): a tousjours m.: pour toujours (65).

mary (adj.): affligé, déçu (44).

mauldit (adj.): condamnable, réprouvable sur le plan moral, réprouvé par Dieu (106).

merveille (s.f.): chose digne d’admiration, d’émerveillement (13).

mestier (s.m.): métier à tisser (13).

misere (s.f.): état malheureux, digne de pitié (31).

moullier (v.): modeler (13).

nagueres (adv.): récemment (7).

nouvellement (adv.): récemment (37).

occasion (s.f.): a l’o. que: pour le motif que, parce que (78, 96).

oncques (adv.): jamais (73).

[ottroier] que (v.): consentir à ce que, accorder que (66).

paige (s.m.): jeune valet (74, 77, 81, 88, 91, 103).

parmy (prép.): par, à travers (51).

parvenir a qqch (v): atteindre, obtenir qqch (16).

passer qqch (v.): surmonter, laisser passer (46).

se passer qqch (v): renoncer à qqch, s’abstenir de qqch (18).

plaider (v. intr.): argumenter, discuter (63).

plaisance (s.f.): plaisir (en l’occurrence sexuel) (69).

porter qqch (v): supporter, endurer qqch (31).

propre (adj.): qui agit de façon précise, nette, élégante (15).

prouffit (s. m.): [porter] p. a qqn: profiter à qqn (110).

quartain (adj.): cf. fievre.

querir qqch (v.): rechercher, retrouver qqch (84).

[ravyr] qqn (v.): emporter, transporter [domaine amoureux] (53).

rechief: cf. de rechief.

se [recommander] a qqn (v.): saluer qqn (95).

robe (s.f.): habit d’une seule pièce, vêtement de dessus (85, 87, 103).

signe (s.m.): témoignage, manifestation (18).

simple (adj.): s. jour: jour ordinaire [opp. à festes ligne 8] (25).

somme (s.f.): résumé (titre).

souper (v. intr.): prendre son repas du soir (74).

sus (prép.): chez (9, 52).

tencer qqn (v.): réprimander, injurier (100, 104).

[tenir] (v.): [estre] tenu envers qqn: être redevable à qqn, lui être obligé [domaine amoureux] (28); se [tenir] de + inf., se [tenir] que: s’abstenir, s’empêcher de (78, 81).

tost (adv.): vite, rapidement (40).

uys, huys (s.m.): porte (93).

veez cy, veez la (présentatif): voici (61).

veloux (s.m.): drap de velours (passim).

[villenner] qqn (v.): mépriser (65).

Torna su

Note

1 «La première traduction française du Decameron: le ms. Paris, BN fr. 239 et la nouvelle de Iancofiore (VIII, §10)», Romania, 117 (1999), pp. 82-106. Sur le Decameron de Laurent de Premierfait, voir, entre autres, P. Cucchi et N.J. Lacy, «La tradition manuscrite des Cent nouvelles de Laurent de Premierfait», Le Moyen Âge, 80 (1974), pp. 483-502; G. Di Stefano (éd.), L. de Premierfait, Decameron, Montréal, Ceres, 1998 (Bibliothèque du moyen français, 3) [édition critique]; G. Di Stefano, «Il Decameron da Boccaccio a Laurent de Premierfait», Studi sul Boccaccio, 29 (2001), pp. 105-136.

2 E. Golenistcheff-Koutouzoff, L’Histoire de Griselidis en France au xive et xve siècle, Paris, Champion, 1933; cf. aussi G.S. Purkis, «Laurent de Premierfait’s Translation of the Decameron», Medium Aevum, 24 (1955), p. 11; Ph. de Mézières, Livre de la vertu du sacrement de mariage, éd. J.B. Williamson, Washington D.C., 1993.

3 Sur la version imprimée par A. Vérard, J. Macfarlane, Antoine Vérard, libraire parisien, Londres, Bibliographical Society, 1900, n. 1; M.B. Winn, Anthoine Vérard, Parisian Publisher (1485-1512). Prologues, Poems and Presentations, Genève, Droz, 1997 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 313), p. 48; M. Huchon, «Définition et description. Le projet de l’Heptameron entre le Caméron et le Decameron», dans M. Tetel (éd.), Les visages et les voix de Marguerite de Navarre, Paris, Klincksieck, 1996, pp. 51-65; Ead., «Caméron et Décameron. De l’influence du Boccace travesti à la française», dans S. Mazzoni Peruzzi (éd.), Boccaccio e le letterature romanze tra Medioevo e Rinascimento, Florence, Alinea, 2006, pp. 57-82; M. Messina, «Le due prime traduzioni in francese del Decameron», Revue romane, 12 (1977), pp. 39-54; L. Sozzi, «Per la fortuna del Boccaccio in Francia. I testi introduttivi alle edizioni e traduzioni cinquecentesche», Studi sul Boccaccio, 6 (1971), pp. 11-80; L. Sozzi, «Boccaccio in Francia nel Cinquecento», dans C. Pellegrini (éd.), Il Boccaccio nella cultura francese, Florence, Olschki, 1971, pp. 211-356; P. Salwa, «L’art de vivre et la leçon de vie. Boccace et son adaptateur (Vérard, 1485)», dans Studi francesi, 73 (1981), pp. 73-82; Id., «La prima novella del Decameron nell’edizione di Antoine Vérard del 1485», La nouvelle française à la Renaissance, éd. L. Sozzi, Genève, Slatkine, 1981 (Bibliothèque Franco Simone, 2), pp. 121-128; O. Delsaux, «La forme imprimée du Decameron de Boccace traduit par Laurent de Premierfait (Paris, A. Vérard, 1485)», dans Le roman dans les premiers imprimés, éd. A. Schoysman, à paraître.

4 Paris, A. Franck, 1869 (Bibliothèque elzévirienne) [édition partielle], nouvelle §36 (D’une fille qui ne vouloit point avoir de mary qui eust genitoires), pp. 148-160. Sur cette substitution, H. Hauvette, De Laurentio de Primofato, Paris, Hachette, 1903, p. 92; L. Loviot, «Les joyeuses narrations 1557 et 1596», Revue des livres anciens, 1 (1913), pp. 303-304.

5 H. Hauvette, De Laurentio de Primofato, Paris, Hachette, 1903, p. 96.

6 Voici le résumé proposé par le traducteur français: Deux Florentins peintres nommez Brunet et Fufalmace emblerent ung beau porc d’un aultre peinctre, appellé Calandrin, qui par eulx fut enhorté et induict a faire experimant pour retrouver le porc, et le experimant fut fait par noix de galles et de zinzembre verd et de garnache. A Calandrin furent donnees deux crotes d’un chien en forme de ii noix de galles confectes en aloé; et car Calandrin ne les pot mascher ne avaler, il sambla que il mesme eust son porc. Par quoy les ii compaignons font rempsonner Calandrin, s’il ne veult que la chose soit dicte à sa femme (éd. G. Di Stefano, p. 901).

7 La dernière édition du Decameron traduit par Laurent de Premierfait est datée de 1541: chez Oudin Petit (Universal Short Title Catalogue, n. 38527), chez Ambroise Girault (USTC, n. 86931), pour Pierre Sergent (USTC, n. 40090) et pour François Regnault (USTC, n. 88663).

8 Paris, BnF, fr. 1510, ff. cccxxv v° - cccxxvii v° (La viixx viiiC nouvelle de par maistre Guillaume de la Bouge). À notre connaissance, elle n’apparaît pas dans d’autres recueils (Cent Nouvelles nouvelles, Joyeuses narrations, Joyeuses adventures, Heptameron, Facécies du Pogge, Parangon des Nouvelles honnestes et delectables, Cent nouvelles de Philippe de Vigneulles). Il n’est pas impossible que cette nouvelle ait inspiré Charles Bourdigné (Legende joyeuse de maistre Pierre Faifeu, Angers, 1532, §31 Comment de rechef fut amoureux de quelque dame, a qui, pour ce faire, donna trois aulnes de escarlatte, éd. F. Valette, Genève, Droz, 1972 (Textes littéraires français, 184), p. 88).

9 Éd. E. Mabille, Paris, A. Franck, 1869 (Bibliothèque elzévirienne); éd. Kr. Kasprzyk, Paris, Didier, 1970 (STFM), p. 27; cf. aussi Id., Nicolas de Troyes et le genre narratif en France au xvie siècle, Varsovie-Paris, 1963, pp. 331-332.

10 Dans son édition des Cent nouvelles de Philippe de Vigneulles, Ch. Livingston mentionne également que la nouvelle VIII, §6 des imprimés de la traduction française du Decameron est apocryphe (Genève, Droz, 1972 [Travaux d’Humanisme et Renaissance, 120], pp. 24 et 219).

11 Le principe de parcimonie et les exemples avérés de remaniements textuels et d’ajouts péritextuels attribuables à Vérard nous conduisent à penser que cette substitution est apparue lors de la composition du texte pour l’imprimé Vérard de 1485. Aucun élément linguistique n’indique un substrat plus ancien. La langue du texte n’infirme pas cette hypothèse. Sur les pratiques éditoriales de Vérard, voir, entre autres, M.B. Winn, Anthoine Vérard. Parisian Publisher (1485-1512)…, pp. 16-18; Le moyen français, 69 (2011), Antoine Vérard, en part la bibliographie de M. Ricci, pp. 161-171; M. Okubo, «Antoine Vérard et la transmission des textes à la fin du Moyen Âge», Romania, 125 (2207), pp. 434-480.

12 F. clxviii r° et clxx v°. Sur les moralisations ajoutées par Vérard, P. Salwa, «L’art de vivre et la leçon de vie. Boccace et son adaptateur (Vérard, 1485)», dans Studi francesi, 73 (1981), pp. 73-82.

13 S. Thompson, Motif-Index of Folk-Literature, Bloomington, Indiana UP, 1955-1958, n. K1581.3.

14 G. Di Stefano, Dictionnaire des locutions en moyen français, Montréal, Ceres, 1991, s.v. «rasoir».

15 R.M. Bidler, Dictionnaire érotique. Ancien français, moyen français, Renaissance, Montréal, Ceres, 2002, s.v. «barbe».

16 Sur cette question, voir les articles cités dans la note 3.

17 A. de La Borderie, Œuvres françaises d’Olivier Maillard, sermons et poésies, Nantes, Société des bibliophiles bretons, 1877; O. Maillard, Istoire de la Passion douloureuse, éd. T. Steiner, Bern, Peter Lang, 2011.

18 L’on notera que la précision En deux nouvelles, scestassavoir en la lxxiiie et lxxvie, comptees sur la viiie journee precedant, fut assez cleremant monstré quel homme estoit Calandrin et aussi les aultres, desquelz je parlerai en ceste presente nouvelle au début de la nouvelle IX, §3 (éd. cit., p. 1023) est, logiquement, modifiée chez Vérard: Vous debvez savoir quelz hommes ont estez autreffois Brunet et Fusalmace paintres florentins demourans oudit lieu de Florence. Et, pource, je vueil de rechief reciter une finesse qu’ilz firent a Caladrin [sic] (f. ccxii c).

19 L. Rossi, «Entre fabliau et facétie: la nouvelle en France au xve siècle», dans La nouvelle de langue française aux frontières des autres genres, du Moyen Âge à nos jours, volume premier, Actes du Colloque de Metz, juin 1996, éd. V. Engel et M. Guissard, Ottignies, Quorum, 1997, pp. 28-39.

20 La lacune pourrait avoir une origine humaine. Un lecteur aurait été à ce point choqué ou intéressé par cette nouvelle particulièrement terre à terre où l’on vole un porc et où l’on fait manger des crottes à Calandrin, qu’il aurait arraché les folios contenant cette nouvelle. Cependant, sur la base de tels critères, d’autres nouvelles auraient pu être supprimées. Du reste, aucun des manuscrits conservés du Decameron français ne présente de lacune à cet endroit (C. Bozzolo, Manuscrits des traductions françaises d’œuvres de Boccace (xve siècle), Padoue, Antenore, 1973 (Medioevo e Umanesimo, 15)).

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Olivier Delsaux, « Une nouvelle «nouvelle» apocryphe de la première traduction française du “Decameron”. L’imprimé Paris, Vérard, 1485 et la nouvelle d’Olivier Maillart (VIII, §6) », Studi Francesi, 177 (LIX | III) | 2015, 501-509.

Notizia bibliografica digitale

Olivier Delsaux, « Une nouvelle «nouvelle» apocryphe de la première traduction française du “Decameron”. L’imprimé Paris, Vérard, 1485 et la nouvelle d’Olivier Maillart (VIII, §6) », Studi Francesi [Online], 177 (LIX | III) | 2015, online dal 01 dicembre 2016, consultato il 20 ottobre 2017. URL : http://studifrancesi.revues.org/1199 ; DOI : 10.4000/studifrancesi.1199

Torna su
  • Logo Rosenberg & Sellier
  • Revues.org